Mon nom est sans mémoire

À propos

Lorsque son frère devient père, Michela cherche à comprendre pourquoi elle n'a jamais eu le courage de mettre au monde un enfant. De quoi a-t-elle eu toujours si peur ?
Lorsqu'elle se tourne vers son père, découvrant qu'il porte pour deuxième prénom Benito, elle se heurte à une indifférence qui hésite entre l'esquive et l'hostilité. Pourquoi le prénom de Mussolini ? Michela entreprend d'y voir plus clair et, bientôt aidée d'Internet, d'une boîte de médailles familiales qui dort au sommet d'un placard, et de piles de lettres empoussiérées par les années, elle saisit des pans de vérité. La vérité c'est que son grand-père paternel que la transmission familiale racontait royaliste et patriote fut un des tout premiers soutiens du Duce. La Première Guerre avait ravagé l'Italie, tuant 1.240.000 soldats et civils, et une jeune génération traumatisée s'était laissé tenter par le fascisme. Mais ensuite ? Installé entre Lecce, dans les Pouilles, et Rome, il poursuit une carrière de juge, opérant sur la politique locale et nationale. Avec le temps, les tabous se cristallisent et le silence s'installe, minant les relations familiales.

Le choc intime que provoquent en Michela ces recherches est vertigineux. Et si l'origine de sa honte résidait dans le passé refoulé de sa famille ? Son histoire familiale se révèle en écho au destin de son pays avec une telle intensité qu'elle nous saisit à chaque page. La joie de vivre est si étrangère à son père qu'elle semble d'abord aussi interdite à Michela. Mais grâce à sa détermination, grâce à son écriture, elle la retrouve et nous la partageons. Un cheminement bouleversant.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782234091320

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    426 Pages

  • Longueur

    21.5 cm

  • Largeur

    13.7 cm

  • Épaisseur

    2.8 cm

  • Poids

    436 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Michela Marzano

Née en août 1970 à Rome, professeur de philosophie à Paris-Descartes, députée au parlement italien depuis février 2013, Michela Marzano est une brillante essayiste à qui l'on doit, entre autres, "Extension du domaine de la manipulation"(Grasset, 2008), "Le contrat de défiance" (Grasset, 2012), et un récit, "Légère comme un papillon" (Grasset, 2012), qui fut un succès de librairie.

empty