• Le prince

    Machiavel

    Après que le duc eut occupé la Romagne, il trouva que le pays était plein de larcins, de brigandages et d'abus de toutes sortes : il pensa qu'il était nécessaire pour le réduire en paix de lui donner un bon gouvernement. À quoi il proposa messire Remy d'Orque, homme cruel et expéditif. Celui-ci en peu de temps remit le pays en tranquillité et union. Mais ensuite Borgia, estimant qu'une si excessive autorité n'était plus de saison, voulut montrer que, s'il y avait eu quelque cruauté, elle n'était pas venue de sa part, mais de la mauvaise nature du ministre. Prenant là-dessus l'occasion au poil, il le fit un beau matin, à Cesena, mettre en deux morceaux, au milieu de la place, avec un billot de bois et un couteau sanglant près de lui. La férocité de ce spectacle fit le peuple demeurer en même temps content et stupide.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les Rimes sont la partie la plus méconnue de l'oeuvre de Dante. Fruits d'une expérimentation passionnée, elles occupent vingt-cinq ans de la vie du poète, de l'âge de 18 ans jusqu'à l'écriture de la Comédie. Par le langage, les thèmes, la pensée en mouvement, elles préparent le grand poème. Mais elles explorent aussi un espace qui lui est étranger, car elles transmettent une vision contrastée, contradictoire de l'amour et des pulsions humaines. Les Rimes ne sont pas seulement oeuvres de laboratoire mais poèmes qui atteignent souvent des réussites totales, d'une beauté étonnamment actuelle, intense, hardie. Elles ouvrent une vision surprenante de la vitalité médiévale, où se lit une douleur d'amour si cruelle qu'elle invoque la mort, et aussi un bonheur d'amour « auprès de quoi ne paraît rien le paradis ».
    La présente traduction s'attache à déployer une grande fidélité poétique, en retrouvant le rythme propre du texte et la musique de chaque poème

  • Monument de la poésie universelle, oeuvre fondatrice du lyrisme amoureux qui inspira si intensément les poètes français de la Pléiade et au-delà influença toute la littérature européenne de la psychologie amoureuse, le Canzoniere de Pétrarque (1304-1374), demandait assurément pour que le lecteur moderne accède à sa beauté formelle et à son chant profond la nouvelle et magnifique traduction en vers de René de Ceccatty, aussi érudite qu'alerte et fluide. Écrit tout au long de sa vie, sans cesse augmenté, composé et recomposé par le poète italien, le Canzoniere qui rassemble 366 poèmes, sonnets, chansons, madrigaux, ballades et sextines, s'il fait entendre la passion sublime et désespérée du poète pour Laure de Noves, son amour impossible, est aussi une longue méditation sur les contradictions en l'homme entre la pulsion du désir et la raison, la sensualité et l'idéalisation, la précarité du corps et l'éternité du sentiment. La mort de Laure, intervenant comme une césure au mitan de l'oeuvre, ouvre par ailleurs une réflexion sur la mort et l'absence, alliée au sentiment de solitude, à la conscience de la fragilité du destin humain et donc de la vanité de la gloire et peut-être même de l'écriture.
    On saura gré à René de Ceccatty de nous avoir rendu proches ces préoccupations en sauvant par sa traduction franche et rythmée la poésie de Pétrarque du maniérisme dont on l'a souvent affublée.

    Ajouter au panier
    En stock
  • «   'Viens ici, Frère Loup, dit-il. Au nom du Christ, je te défends de jamais plus faire de mal à personne.' À cet ordre, le loup, tête baissée, se prosterna à ses pieds, et de féroce qu'il était, devint doux comme un agneau. Le saint étendit la main et le loup y mit doucement, comme une caresse, sa patte droite de devant, seul geste qu'il fût capable de faire pour sceller son engagement.   »    Livre de dévotion, invitation à la tolérance, les Fioretti sont aussi de merveilleuses histoires poétiques.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ô vous qui empruntez le chemin de l'amour, Observez s'il existe un mal au mien pareil.
    Je vous prie de souffrir de m'écouter me plaindre.
    Ne suis-je pas de tous les tourments le relais ?

    Dante Alighieri (1265-1321) a moins de trente ans quand il écrit ce récit autobiographique, entrecoupé de sonnets, de chansons, de ballades et de commentaires. Il y raconte son amour pour Beatrice Portinari qui, dans La Divine Comédie, apparaît comme l'intermédiaire privilégiée entre le voyageur céleste et Dieu. Si La Vita Nuova a revêtu une telle importance dans l'histoire de la littérature, ce n'est pas seulement parce qu'il contient des poèmes d'amour rivalisant avec ceux de Pétrarque, mais parce que ce texte, de passion, puis de deuil, ne cesse de poser la question de la vérité, de la transparence, de l'allégorie. Comme dans la plupart des éditions italiennes, sont adjointes les autres poésies circonstancielles et retrouvées de Dante, du moins celles qui passent pour authentiques. La traduction inédite ici proposée est en alexandrins, hexasyllabes et le plus souvent, sur le modèle des Amours de Ronsard et des quelques vers écrits par Dante directement en français, en décasyllabes.

    Ajouter au panier
    En stock
  • A la fin du XIIIe siècle, l'Europe chrétienne se prépare à la grande plongée qui, de la perte de la Terre sainte et de la Peste noire au grand Schisme, la conduira vers la Renaissance. Le monde islamique subit l'attaque mongole. Le Califat, Byzance et le Saint-Empire germanique vont sombrer. C'est à cette époque charnière que trois marchands vénitiens, Nicolo, Mafeo et Marco Polo sillonnent le monde. De 1250 à 1270, les deux aînés visitent Constantinople, la Russie et poussent à travers l'Asie centrale vers la Chine. A partir de 1271, Marco Polo se joint à eux. Ils traversent les hauts plateaux d'Anatolie, l'Iran, le Haut Afghanistan, le Pamir et le Turkestan chinois pour arriver à Pekin. Seize ans de séjour en Chine permettent à Marco Polo de parcourir une partie importante du pays. Le retour les conduira vers d'autres contrées : l'Indochine, Ceylan, les côtes indiennes. Et même des régions jusqu'alors non visitées comme les côtes de l'Arabie, l'Ethiopie et le littoral africain jusqu'à Zanzibar seront fidèlement décrites à travers les témoignages recueillis. Le livre de Marco Polo se présente non seulement comme une géographie complète de son temps mais comme un témoignage unique qui étale aux yeux de l'Europe en crise les incomparables richesses et le degré de civilisation de l'Asie. Marco Polo clôt l'ère des géographes du légendaire pour ouvrir celle des précurseurs des explorateurs et des colonisateurs des temps modernes.

    Ajouter au panier
    En stock
  • "Les lecteurs rompus au commerce des hommes reconnaîtront la justesse de mes propos ; tous les autres les trouveront excessifs, jusqu'au jour où l'expérience, s'ils ont jamais l'occasion de faire réellement l'expérience de la société humaine, leur ouvrira les yeux à leur tour. J'affirme que le monde n'est que l'association des coquins contre les gens de bien, des plus vils contre les plus nobles." Publiées de façon posthume en 1845, ces Pensées sur le caractère des hommes et leur conduite dans la société présentent, sous forme d'aphorismes, d'anecdotes significatives ou de sentences lapidaires, l'essentiel des conclusions léopardiennes sur la morale.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Réunissant des poèmes inédits en français tirés de ses plus grands recueils (tels que Poésie en forme de rose) et des poèmes issus de manuscrits retrouvés, le deuxième volume de cette anthologie de référence forme le reflet objectif de l'oeuvre poétique de Pasolini. Un ouvrage-somme pour mieux comprendre cet artiste protéiforme qui luttait contre l'hypocrisie, les bien-pensants, la société consumériste, l'académisme. et contre lui-même.

    Ajouter au panier
    En stock
  • La comédie

    Dante Alighieri

    • Esopie
    • 29 Décembre 2017

    Un voyage imaginaire à travers les strates de l'Enfer jusqu'au Paradis. La Comédie de Dante est depuis longtemps entrée dans légende de l'imaginaire européen, cette nouvelle traduction en rimes fait découvrir au lecteur français le système poétique voulu par Dante, la terza rima, ou rime triple. Le traducteur Kolja Micevic nous fait part de ses découvertes dans le texte original, qui bouleverseront la dantologie.

  • Ungaretti, né en 1888 à Alexandrie, de parents originaires de Lucques, mort à Milan en 1970, est considéré depuis longtemps comme le père de la poésie italienne moderne et l'un des poètes majeurs d'aujourd'hui. Des poèmes de L'Allegria (1919), écrits en partie dans les tranchées, des recueils de la vieillesse (La Terre promise, Le Carnet du vieillard) en passant par la phase riche et sensuelle du Sentiment du temps (1933) et celle plus ample de La Douleur (1947), c'est comme une histoire de la lumière, de l'aube au soir, que déroule cette oeuvre.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les mémoires de Casanova ne sont pas seulement, comme on le croit trop souvent, le catalogue de ses conquêtes, fussent-elles évoquées avec verve. Leur auteur, certes, est un aventurier, mais c'est également un homme cultivé et brillant qui parle latin et a fait paraître d'autres livres, et puis surtout un véritable Européen qui parcourt tout le continent de Venise à Moscou, de Paris à Naples ou de Londres à Constantinople, toujours guidé par ses désirs et ses plaisirs, le goût du jeu, de l'opéra et de la danse. Casanova a soixante-quatre ans lorsqu'il entreprend de rédiger ses mémoires en 1789 et si le récit de ses succès féminins lui permet de les revivre et d'en éprouver une seconde fois la jouissance, il y retrouve aussi la douceur d'un passé que la Révolution vient d'abolir. Quant à nous, ce que nous découvrons dans l'évocation enjouée de ses conquêtes mais aussi de ses aventures et mésaventures, de ses démêlés avec les autorités et de ses rencontres avec les grands, c'est toute la séduction d'un témoignage vivant sur une certaine Europe où les élites parlaient français.

    Collection Classiques dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety. Édition de Jean Marie Goulemot.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Roland furieux t.1

    L'Arioste

    Quand les paladins de Charlemagne croisent les fées et les chevaliers du roi Arthur, voici l'histoire de Roland, rendu fou par la belle Angélique disparue, dans une épopée à l'ironie follement inventive, où l'Arioste transforme la chanson de geste en roman des passions, des nostalgies et des aspirations des hommes de son temps. Un poème fondateur de la littérature européenne dans la traduction admirable et pleinement moderne de Michel Orcel.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Au retour de plus de vingt années de pérégrinations, dont un séjour de seize ans à la cour de l'empereur mongol de Chine, le marchand vénitien Marco Polo (1254- 1324) dicte en 1298 le récit de ses voyages, qui nous émerveille aujourd'hui comme il a émerveillé ses contemporains.
    Vivant, coloré, pittoresque, souvent étonnamment précis, cet ouvrage si célèbre - et à si juste titre - passionnera tous ceux qui mesurent l'importance de cette première découverte approfondie de la Chine par un Occidental.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Roland furieux t.2

    L'Arioste

    Quand les paladins de Charlemagne croisent les fées et les chevaliers du roi Arthur, voici l'histoire de Roland, rendu fou par la belle Angélique disparue, dans une épopée à l'ironie follement inventive, où l'Arioste transforme la chanson de geste en roman des passions, des nostalgies et des aspirations des hommes de son temps. Un poème fondateur de la littérature européenne dans la traduction admirable et pleinement moderne de Michel Orcel.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Truffaldino Son stuffo d'aspettar, che no posso più. Co sto me patron se manga poco, e quel poco el me lo fa suspirar... I alter subit che i arriva in qualche città, la prima cossa i va all'osteria. Lu ; sior no, el lassa i bauli in barca del corrier ; el va a far visite, e nol se recorda del povero servitor... Qua gh'è una locanda ; quasi quasi anderia a veder se ghe fuss da devertir el dente : ma se el padron me cerca ? So danno ; che l'abbia un poco de discrezion...
    Truffaldin J'en ai assez d'attendre, je n'en peux plus. Avec ce patron-là, on mange peu, et ce peu, il me fait soupirer après... Les autres, sitôt qu'ils arrivent dans une ville, première chose, ils vont à l'auberge. Lui, non monsieur, il laisse les malles dans le coche d'eau, il va faire des visites, et il ne se souvient pas de son pauvre serviteur... Là il y a une auberge ; pour un peu j'irais voir si je trouvais de quoi m'amuser les dents ; mais si le patron me cherche ? Tant pis pour lui, il faut qu'il ait un peu de jugeote. Je veux y aller, mais quand j'y pense, il y a une autre petite difficulté, que j'oubliais ; je n'ai même pas le premier sou. Oh, pauvre Truffaldin ! Plutôt que de faire le serviteur, cornes du diable, je veux me mettre à faire... mais quoi ? Grâce au ciel, je ne sais rien faire.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Théâtre

    Carlo Goldoni





    Ajouter au panier
    En stock
  • Le banquet

    Dante Alighieri

    • Seuil
    • 5 Septembre 2019

    Composé peu avant et pendant la rédaction de sa Divine Comédie, Le Banquet est la troisième grande oeuvre que Dante (1265-1321) rédigea en italien, parallèlement à ses discours en latin. Le festin auquel il convie ses lecteurs est en réalité un manuel de sagesse et de réflexion, où l'on retrouve à la fois son art poétique, sa conception de l'amour et son cheminement spirituel, nourris de lectures antiques (Platon, Aristote, Boèce, Cicéron) et théologiques (la patristique, la scolastique et l'école arabo-andalouse). Admirablement moderne par sa structure, fondé sur un commentaire allégorique de trois chansons d'amour, cet essai révèle la dimension philosophique du plus grand visionnaire de la poésie occidentale.

    « Si l'oeuvre présente, qui est intitulée Le Banquet selon mes voeux, contenait une matière plus élaborée que la Vita Nuova, je ne veux nullement déprécier la précédente, mais au contraire en augmenter la valeur par la présente. En constatant que si la première était fervente et passionnée, il convient que cette seconde soit tempérée et mûrie. Car il convient de parler et d'oeuvrer autrement à un âge qu'à un autre. (...) Je prie mes convives, si Le Banquet n'était pas digne de son annonce, de ne pas l'imputer à ma volonté, mais à mes limites. Mon désir d'un partage parfait et généreux devra ici apparaître. »

  • Le songe de Poliphile

    Francesco Colonna

    Le Songe de Poliphile, publié en 1546, est l'adaptation par Jean Martin de l'Hypnerotomachia Poliphili attribuée à Francesco Colonna et parue à Venise en 1499. Beaucoup de bibliophiles le considèrent comme le plus bel ouvrage de tous les temps du fait de sa mise en page audacieuse, de ses magnifiques bois gravés et de son ingénieuse typographie.
    L'oeuvre met en scène la quête de Poliphile qui cherche sa bien-aimée Polia dans un paysage de ruines, de palais et de temples antiques. Ce texte a inspiré de nombreux auteurs, de Ronsard à Nerval en passant par Lafontaine. Si le parcours allégorique qu'il donne à voir et à lire reste mystérieux à bien des égards, il est riche d'enseignements sur l'amour, l'architecture, l'esthétique mais aussi la façon dont la Renaissance va penser l'idée de créativité.
    L'adaptation française est ici présentée dans la translittération qu'en a proposée Gilles Pollizzi en 1994. Voici l'un des chefs-d'oeuvres typographiques de l'histoire du livre.

    Préface inédite de Benoît Heilbrunn.
    Cet ouvrage reprend les gravures du XVIe siècle.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le livre du courtisan

    Castiglione

    Paru en 1526 à Venise, ce livre traite, au cours de quatre journées à la cour d'Urbino, du courtisan, gentilhomme à l'idéal social très élevé.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Bonne avec sa fille? Mais, contrairement aux versions ultérieures et édulcorées des contes populaires retranscrits par Charles Perrault ou les frères Grimm, Giambattista Basile donne en napolitain des récits jubilatoires, fleuris, autrement plus crus et de vigueur érotique.

    Précurseur en la matière, nourri des cultures germanique, celtique, méditerranéenne et orientale, proche dans l'excès de Rabelais ou du peintre Bosch, Giambattista Basile a laissé avec le Conte des Contes un trésor de littérature populaire. Les principaux contes de son o euvre, directement traduits du napolitain, sont ici présentés en un florilège détonnant d'irrévérence et de modernité.

    Ajouter au panier
    En stock
  • « Je pense que notre retour a été voulu par Dieu, pour que les choses qui sont au monde puissent être connues. » Sans une série de circonstances particulières, la vie de Marco Polo (1254-1324) aurait pu être banale. Plusieurs siècles après sa mort, le périple de ce marchand voyageur qui pensait, en homme de son temps, que la terre était plate, les étoiles accrochées à une voûte céleste fixe et la Bible à prendre à la lettre, continue de nourrir nos songes. Cette biographie nous révèle un Marco Polo à taille humaine, simple, loyal, courageux, attachant. Qui ne manque ni d'humour ni de sagacité. Qui affronte avec stoïcisme la faim, la soif, la maladie, la brûlure du soleil, la froidure des nuits glacées. On est à ses côtés lorsqu'il parcourt la route de la Soie, entre au service de l'empereur mongol, dicte, dans une prison génoise, ses Mémoires à son compagnon d'infortune, un écrivain auteur de romans de chevalerie...

    Ajouter au panier
    En stock
  • La Jérusalem délivrée

    Le Tasse

    «La Jérusalem délivrée est un modèle parfait de composition. C'est là qu'on peut apprendre à mêler les sujets sans les confondre : l'art avec lequel le Tasse vous transporte d'une bataille à une scène d'amour, d'une scène d'amour à un conseil, d'une procession à un palais magique, d'un palais magique à un camp, d'un assaut à la grotte d'un solitaire, du tumulte d'une cité assiégée à la cabane d'un pasteur, cet art est admirable» (Chateaubriand).
    Le poème du Tasse a nourri l'imaginaire de générations d'écrivains et d'artistes jusqu'au milieu de notre siècle. Nous avons choisi, pour retrouver la saveur et l'intensité de cette oeuvre magique, une traduction en prose du XVIIIe siècle, élégante et précise, qui parvient à rendre le lyrisme et l'ampleur du récit épique dans un rythme mesuré.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Michel-ange

    Sautel Nadine

    • Folio
    • 16 Février 2006

    « Guide fidèle de ma vocation, dès le berceau je reçus la beauté, qui pour les deux arts m'est lampe et miroir. Penser autrement est fausse opinion. Elle seule élève l'oeil vers le sublime qu'or je m'arrête ici à peindre et à sculpter. » Sculpteur, peintre, architecte, poète, le « Divin Michel-Ange » (1475-1564) incarne l'Homme universel de la Renaissance italienne. Élu à quinze ans par Laurent le Magnifique, il vécut entre Florence et Rome. Ses colères tinrent en respect sept papes pour lesquels il créa une oeuvre titanesque, en rédemption de son « péché d'imperfection ».

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les trois textes «La vie des nonnes», «La vie des femmes mariées» et «La vie des courtisanes» constituent la première partie des Ragionamenti. Dans un style riche en métaphores qui n'est pas sans rappeler celui de Rabelais, Pierre Arétin raconte les plaisirs de la chair auxquels s'adonnaient ses contemporaines. Se moquant allègrement des sacrements religieux (voeux monastiques, mariage et autres balivernes), il tourne en dérision la société de l'époque, préférant à l'hypocrisie des conventions religieuses la franchise des «putains».

    Ajouter au panier
    En stock
empty