Rue D'ulm

  • Servabo, mémoire de la fin du siècle

    Luigi Pintor

    • Rue d'ulm
    • 21 Janvier 2022

    « Un livre sert à celui qui l'écrit, rarement à celui qui le lit, c'est pourquoi les bibliothèques sont pleines de livres inutiles. » Ainsi s'achève l'autobiographie de Luigi Pintor, texte pourtant parmi les plus essentiels qu'il puisse être donné de lire, pudique, profond, bouleversant. Dans une vie, que devons-nous à nous-mêmes et qu'est-ce qui tient à l'époque où nous vivons ? Traversant un demisiècle d'histoire, de l'enfance heureuse à l'expérience décisive de la Seconde Guerre mondiale, de la Résistance au rêve d'une société différente, du journalisme engagé aux épreuves politiques et personnelles, ces pages sensibles, imagées et volontairement sobres dressent le portrait d'un homme fidèle à lui-même, à ses engagements et à ses idéaux, dans une écriture à l'ironie vibrante digne des plus grands - La Rochefoucauld, Leopardi, Rilke ou Calvino.

  • Le livre coeur Nouv.

    Le livre coeur

    Edmondo De Amicis

    • Rue d'ulm
    • 13 Mai 2022

    Cuore (« Coeur »), que les Italiens appellent couramment Le livre Coeur, a été le texte le plus lu en Italie entre sa publication en 1886 et la fin des années 1960. Reconstituant les multiples événements d'une année scolaire vécue par des enfants de Turin, il a connu une immense fortune littéraire avant de susciter chez certains intellectuels comme Umberto Eco une profonde et spirituelle aversion. Depuis sa traduction incomplète et approximative en 1892, on ne disposait d'aucune édition critique intégrale en français de ce livre, dont la portée pédagogique et politique pour l'Italie de la fin du XIXe siècle est comparable à celle du Tour de la France par deux enfants sous la IIIe République, et qui permet d'appréhender l'alchimie rêvée des vertus individuelles, civiques et patriotiques dans l'Italie libérale et bourgeoise une génération après son unification. Lire Le livre Coeur aujourd'hui, que l'on soit captivé ou irrité par l'abondance des bons sentiments qui s'y expriment, c'est d'abord vouloir retrouver une société où les apprentissages personnels prennent leur sens en incarnant une communauté nationale idéale.

  • La guerre des pauvres

    Revelli/Laugier

    • Rue d'ulm
    • 8 Octobre 2020

    Paru chez Einaudi en 1962 et régulièrement réédité depuis, La Guerre des pauvres fait revivre, à partir du journal tenu par l'auteur, un chapitre héroïque méconnu de l'histoire de l'Italie, depuis la campagne de Russie (il s'engage en juillet 42) jusqu'à la Libération (Cuneo est libérée fin avril 45).
    Officier du corps expéditionnaire italien sur le front de l'Est dans la division Tridentina, Revelli raconte l'immense défaite et la retraite tragique qui, à la suite de la contre-offensive russe sur le Don, jettent à travers la steppe gelée des dizaines de milliers d'hommes, dont peu survivront. Après, écrit-il, sa vie ne sera plus la même. Quittant l'armée, il prend les armes dans le maquis des Alpes et mène au jour le jour, comme chef partisan puis en tant que commandant de l'une des brigades antifascistes Giustizia e libertà, un autre combat - contre les détachements mussoliniens de la République de Salò et contre les troupes hitlériennes.
    Au fil des jours et des pages de ce livre-vérité s'affirment la cohérence d'un destin individuel, la dignité des humbles pris dans la folie absurde de l'histoire, la force du témoignage sur « la guerre vue d'en bas ». Portées par une prose sèche et abrupte, une écriture blanche de mémorialiste qui s'invente en marchant et en luttant, loin de la rhétorique du combat ou du sentiment.
    Entre Le Sergent dans la neige de Mario Rigoni Stern (1953) et La Guerre sur les collines de Beppe Fenoglio (1968), une autre voix s'élève, qui confère à ces anti-mémoires de guerre une puissance quasi physique et la dimension d'une épopée.

  • Fidelité

    Niccolo Tommaseo

    • Rue d'ulm
    • 21 Août 2008

    Premier roman psychologique italien, fidélité (1840) parut la même année que l'édition définitive du principal roman du xixe siècle en italie, les fiancés d'alessandro manzoni, qui depuis sa première publication en 1827 s'imposait comme le seul modèle romanesque.
    Pour le public français, la lecture de fidélité offre l'occasion de découvrir le regard, souvent impitoyable d'un écrivain italien sur la france de la monarchie de juillet, car l'essentiel de l'action se déroule à paris, marseille, lyon, mais aussi nantes, quimper et bastia. des moeurs à l'architecture, de la gastronomie à la vie politique, des paysages au " génie de la nation ", la france tout entière est passée au crible du jugement féroce de tommaseo.
    Par-delà cet intérêt historique, le lecteur trouvera dans fidélité un récit qui explore des solutions narratives inédites et une histoire d'amour poignante oú la sensualité et la passion finissent par innerver toute l'écriture. " moitié jeudi gras, moitié vendredi saint ", disait manzoni de ce roman.

  • Le livre coeur ; éloge de Franti (2e édition)

    ,

    • Rue d'ulm
    • 1 Novembre 2004

    Cuore (« Coeur »), que les Italiens appellent couramment Le livre Coeur, a été le texte le plus lu en Italie entre sa publication en 1886 et la fin des années 1960. Reconstituant les multiples événements d'une année scolaire vécue par des enfants de Turin, il a connu une immense fortune littéraire avant de susciter chez certains intellectuels comme Umberto Eco une profonde et spirituelle aversion. Depuis sa traduction incomplète et approximative en 1892, on ne disposait d'aucune édition critique intégrale en français de ce livre, dont la portée pédagogique et politique pour l'Italie de la fin du XIXe siècle est comparable à celle du Tour de la France par deux enfants sous la IIIe République, et qui permet d'appréhender l'alchimie rêvée des vertus individuelles, civiques et patriotiques dans l'Italie libérale et bourgeoise une génération après son unification. Lire Le livre Coeur aujourd'hui, que l'on soit captivé ou irrité par l'abondance des bons sentiments qui s'y expriment, c'est d'abord vouloir retrouver une société où les apprentissages personnels prennent leur sens en incarnant une communauté nationale idéale.

empty