Pu De Rennes

  • Tout au long du Moyen Âge, les sculpteurs, les peintres et les poètes ont utilisé l'image d'un homme puni en enfer avec une bourse autour du cou pour dépeindre les avares, les usuriers, les pécheurs. Le livre suit les traces de cette représentation infamante, de la Byzance du IXe siècle à l'Auvergne du XIe, du Dijon du milieu du XIIIe siècle aux communes italiennes de l'époque de Dante et Giotto. Il dresse l'histoire unique d'une figuration qui, tout en restant fidèle à sa fonction, a connu une évolution graduelle et constante.
    Avec le soutien de la COMUE Paris-Est et du laboratoire ACP de l'UPEM.

  • " les petites italies dans le monde ", c'est l'histoire planétaire des migrants italiens vue par le plus petit commun dénominateur : le semis sur plusieurs continents de quartiers urbains devenus les territoires de communautés qui se sont longtemps pensées comme l'autre bout d'une chaîne liée à leur village ou région de la péninsule.
    Comment s'est faite la précipitation, de cette diversité d'origines à l'espace de quelques rues dans les villes et métropoles des pays d'installation ? comment s'y est forgée une identité italienne de l'étranger et selon quels processus ces " ethnoterritoires " ont-ils produit des citadins invisibles, composante néanmoins singulière des peuples d'accueil ? d'un côté, le vécu des quartiers, de l'autre les variantes entre les sociétés d'immigration : les termes de la comparaison semblaient simples.
    Historiens de renom ou jeunes chercheurs, les auteurs, originaires de nombreux pays, réservent quelques surprises au fil du livre. le voyage se fait à l'envers : à partir du nouveau monde, où sont nées les petites italies, on revient vers l'europe où elles n'ont pas eu la même fortune, pour toucher aux limites inédites de la russie et de l'australie. l'évolution sociale s'efface souvent derrière les pratiques culturelles - cinéma, radio -, alors que le poids du politique dans la construction des identités se trouve confirmé.
    Et si la longue durée de deux siècles d'émigration est souvent prise en compte, c'est pour interroger le devenir même de l'expression " petite italie ". cela conduit à décoder les images, les oeuvres littéraires et le discours des historiens eux-mêmes. de la version noire du xixe siècle où little italie rimait avec quartier mal famé peuplé d'immigrés crasseux et bruyants, aux évocations plus chaleureuses qui ont fini par s'installer avant de laisser place aux reconstructions mythiques contemporaines, les " petites italies " ont toujours alimenté des représentations qui n'avaient que peu à voir avec le vécu et le devenir des quartiers communautaires.
    Elles constituent désormais des lieux de mémoire qui appartiennent autant à l'histoire des migrants italiens, qu'à celles des pays où ils ont fait souche.

  • Cet ouvrage collectif aborde les réalisations de tramway et leur négociation comme un analyseur du projet urbain et de la fabrique de la ville, à l'aune de la problématique des déplacements. S'appuyant notamment sur les exemples des agglomérations de Strasbourg et de Montpellier, et ouvrant des pistes de comparaisons plus larges (Metz, Grenoble, Bâle), il rassemble les contributions de spécialistes reconnus du sujet et de jeunes chercheurs. Tous enquêtent les interfaces entre transports et urbanisme sans se limiter à une entrée unique. Ils privilégient au contraire les croisements disciplinaires, les variations d'échelles et de focales, ainsi que les questionnements transversaux, entre politique de la ville et développement durable urbain, ségrégation et participation, etc. Ces analyses riches et approfondies intéresseront les spécialistes de la question tant du côté de la recherche et de l'enseignement que de celui des acteurs et des opérateurs : ministères, collectivités territoriales, experts et professionnels de la ville, grands groupes. Le citoyen curieux de décoder son environnement quotidien et son façonnage par les politiques locales et leurs modes de communication s'y plongera également avec intérêt.

empty